...Nous ne sommes pas là pour plaire aux gens. Juste les aider et les défendre...La politique de régression sociale du gouvernement : vous êtes tous concernés...Il n'y a pas d'arrangement..Rejoignez-nous...Défendez vos droits, adhérez à la CGT...Une seule attitude, la ligne dure !...Nous sommes là pour vous informer, vous guider et vous aider...

17/01/2017

Nouveau

Afin d'être plus disponibles, nous mettons à votre disposition une ligne mobile : 07.84.00.49.16

11/01/2017

Les ânes sont bien plus intelligents !




À peine 5 % des salariés ont d'ores et déjà voté dans les Très Petites Entreprises, celles qui comptent moins de dix personnes. Que faut-il en retenir ? Pour ma part, une certaine lassitude, voire une once de dégoût. 

Les ouvriers et les employés, dans leur grande ignorance, creusent chaque jour et toujours plus profond, la tombe de leurs acquis sociaux, de leurs droits collectifs. 

Les élections qui se déroulent jusqu'au 13 janvier 2017, sont pourtant d'une grande importance. Elles permettent la désignation de représentants du personnel dans chaque branche d'activité et ce sont ces mêmes élus qui défendront les droits des salariés. En effet, chaque salarié et chaque patron se soumettent à la convention collective qui fixe, les conditions d'embauche et la vie du contrat de travail, les éléments essentiels des classifications et des niveaux de qualification, les congés, la formation professionnelle, les modalités d’accès à un régime de prévoyance et/ou de frais de soins de santé ainsi que les couvertures à minima pour les salariés. 

 Qu'arrivera-t'il demain si aucun représentant n'est élu ? De nouveaux accords de branche, institués par le patronat, maître du jeu puisque seul à décider ce qui est bon pour lui. 

 Les salariés jugent les syndicats comme leurs ennemis ; de dangereux terroristes, fauteurs de troubles. D'autres, estiment ne pas être concernés par ces élections, trop éloignées de la réalité du terrain ! Ignorance, crasse bêtise ou tout simplement lâcheté, il y a bien des raisons au dépit. 




Pourtant, dans les permanences syndicales, conçues pour recevoir le public, je vois défiler ces salariés de TPE. Harcelés, maltraité, volés, démoralisés, ils fondent dans l'Organisation Syndicale le dernier espoir pour résoudre leurs problèmes. 

 L'individualiste d'hier se rend compte, un peu tard, que seul un comportement collectif est à même d'améliorer son existence. Mais celà, je n'arrête pas de le répéter. En vain ?


André Le Gall.